Accueil > Ressources

Articles

Dans la prison des frontières

Portraits, cartes et texte, Nepthys Zwer, VisionsCarto, février 2019


La Convention de Genève de 1951 garantit les droits des personnes demandant l’asile, mais ne règle pas pour autant la question de l’accès au territoire, qui, lui, relève, hors du cadre de la demande d’asile, des souverainetés nationales. Demander l’asile est un droit, qui impose de voir appliqué le principe de non-refoulement (toute personne migrante étant potentiellement réfugiée), mais pour faire valoir ce droit, il faut déjà être sur le territoire de l’État dans lequel on souhaite déposer sa demande. Or, si une personne pénètre sans autorisation le territoire d’un État, celui-ci la considère souvent dans l’illégalité. Les personnes en migrance se retrouvent ainsi prises dans un piège législatif.
Le verrouillage de l’espace Schengen contraint les personnes fuyant les conflits et la misère à emprunter des voies de plus en plus risquées et les livre aux passeurs et aux trafiquants. Ne pouvant demander l’asile qu’à condition de se trouver sur le territoire d’un pays souverain, les réfugié·es n’ont d’autre issue que d’emprunter des routes de plus en plus périlleuses. Au printemps, quand la neige se retire, les Alpes n’en finissent pas de recracher les cadavres.

Texte, cartes et portraits sur VisionsCarto

Partagez

Rendez-vous d'ACT

Pourquoi tu cries ? Nouveaux épisodes

Podcast - ACT à suivre

Autres actualités

Ressources

La libération noire, un projet politique à suivre
Série de Podcast - Institut du Monde Arabe à suivre
Notre corps, nous-mêmes à suivre
Le dérangeur. Petit lexique en voie de décolonisation à suivre
Une histoire du panafricanisme - Amzat Boukari-Yabara à suivre

Mise à jour : vendredi 12 juin 2020 | Mentions légales | Plan du site |